Alice Anderson, septembre à décembre 2019

Dans sa démarche artistique, Alice Anderson privilégie le geste, le mouvement à la parole, la répétition à l’action unique. Sa pratique est avant tout performative. Ainsi, elle a développé une attention extrême aux sensations qu’elle perçoit : la lumière, les couleurs, les sons, les mouvements vibratoires et ondes de certains matériaux intègrent ses créations, en deviennent les matières premières. 

 

Depuis plusieurs années, Alice Anderson développe une technique de conservation, de «mémorisation» des objets amenés à disparaître, en les entourant avec du fil de cuivre, cette technique se rapprochant du tissage, cette pratique interroge notre mémoire collective. 

A Saché, Alice Anderson a choisi de travailler sur certains éléments emblématiques de l'architecture de l'Atelier Calder : les fenêtres, le plancher ou encore la porte. 

« Lors de ma première visite à l'Atelier Calder, j'ai été frappée par l'espace et surtout par la porte et ses formes géométriques triangulaires, explique Alice Anderson, c'est à partir de cette première visite de repérage que j'ai élaboré le projet que j'ai développé pendant ma résidence à l'Atelier Calder, intitulé The Ritual of the Shapes ».

Les formes géométriques ainsi obtenues se sont révélées être un champ d'expérimentation infini pour l'artiste, qui s'est exprimé par des peintures grands formats, des sculptures, et une performance.

Pour Alice Anderson, « l'espace offert par l'Atelier Calder est devenu un véritable lieu d'expérimentation global puisque l'espace de la maison est devenu également une extension de l'atelier. 

 

Avec ce projet elle poursuit son travail de mémorisation, afin de créer une nouvelle Architecture Data, issue de performances inédites.

 Alice Anderson à élaboré de nouvelles performances qui magnifient les gestes accidentels et les mouvements aléatoires comme un acte de création ultime et un rappel de ce qui nous rend humain.

 

 

Alice Anderson réalise sa première exposition monographique en 2011 au Freud Museum de Londres. Ces sculptures et performances ont été présentées à la Whitechapel Art Gallery, 2012, à la 55è Biennale de Venise, 2013, à la Welcome Collection London et à l’Espace Culturel Louis Vuitton Paris, 2015, à la Saatchi Gallery et à la Royal Academy of Arts 2016, à Drawing Room Londres et au Centre Pompidou, 2017. Itinéraire d’un corps / Spirituals Machine, Galerie Valérie Bach La Patinoire Royale, Bruxelles, 2018.