Barthélémy Toguo, résidence de septembre à décembre 2020

L'œuvre de Barhtélémy Toguo appelle à la découverte et la curiosité, l'artiste ne cesse de passer librement d'une technique à une autre : dessin, peinture, encre, aquarelle, gravure, sculpture, installations, vidéos, et performances. 

Cette multiplication des techniques et des supports reflète son parcours depuis sa formation et son vécu, qui traversent les cultures et les pays. 

Barthélémy Toguo est né en 1967 au Cameroun, après des études aux Beaux-Arts d'Abidjan et à l'Ecole Supérieur d'Art de Grenoble puis à la Kunstakademie de Düsseldorf, il partage sa vie entre Paris et le Cameroun. Ces différentes formations issues d'histoires et de territoires particuliers, lui révèlent la complexité des relations entre l'Afrique et l'occident. 

 

L'enseignement de l'art qu'a suivi Barhtélémy Toguo en Côte d'Ivoire se réfère à la culture et aux pratiques occidentales, alors qu'il découvre par la suite en Europe une remise en cause de ces mêmes pratiques. Ces contradictions nourriront ses recherches, en questionnant les notions de références culturelles et de façon plus générale le statut de l'étranger à se constituer une identité. 

 

À travers ses installations, l'artiste met en scène la difficulté à se fondre dans une culture d'accueil, en détournant certaines situations, il traduit la complexité à aborder une nouvelle culture tout en apportant avec soi, celle d'où l'on vient. 

 

 

Artiste nomade, il aborde dans son travail des formes et des thématiques variées. « je ne suis pas un artiste enfermé dans un médium ou dans un sujet, même si certains thèmes reviennent régulièrement, mon travail dresse un univers sans frontière ». 

 

 

A l'Atelier Calder, Barthélémy Toguo a exploré l'univers balzacien. En effet, l'écrivain a fait plusieurs séjours dans le Château de Saché. Barthélémy Toguo s'est s'appuyé sur deux textes précis de Balzac : Une passion dans le désert, (1830), décrivant la relation mystérieuse qui se créé entre un soldat de l'armée de Bonaparte et une panthère dans une oasis égyptienne, et surtout le deuxième texte de Balzac intitulé Voyage d'un lion d'Afrique à Paris, récit caustique et parodique Barthélémy Toguo y a vu l'occasion de traduire en dessin et en peinture le rapport complexe entre l'homme et l'animal réel et fantasmé. Parallèlement, Barthélémy Toguo a choisi d'intégrer à sa production réalisée à Saché la terre : avec la création d'une série de 250 briques sur lequel l'artiste a imprimé le texte « No justice no peace stronger together » associé à une série de carreaux en terre cuite où figure le slogan « my body my choice ». 

https://www.galerie-lelong.com/fr/

Photos Guillaume Blanc

 

© ATELIER CALDER 2021